Vous êtes ici : Les dossiers du Mag de la Finance > Financement > Le taux d’endettement maximum à 33% : mythe ou réalité ?

Le taux d’endettement maximum à 33% : mythe ou réalité ?

Par définition, le taux d’endettement correspond au rapport entre les revenus et les charges financières d’un ménage. La règle est de ne jamais dépasser un taux d’endettement de 33 % si on veut obtenir un crédit. Heureusement, il existe quelques exceptions…

taux d’endettement maximum à 33% : mythe ou réalité ?

Le taux d’endettement, oui, mais pas que…

On imagine très souvent que le taux d’endettement faible est "le critère" qui fera basculer la balance en notre faveur lors de la souscription à un prêt. Mais c’est faux. La banque scrutera d’autres éléments à commencer par la capacité d’épargne. Si vous êtes en mesure de mettre de l’argent de côté tous les mois, cela démontre que vous serez capable de respecter vos mensualités. Par contre, la présence de découverts peut pousser les banques à refuser votre dossier même avec un taux d’endettement faible.

Le reste à vivre est également un critère majeur. Entre ceux qui ont un revenu important et un revenu faible, une grande différence existe. En effet, ceux qui ont des rentrées d’argent élevées peuvent avoir un taux d’endettement supérieur à 33 %, car la banque considèrera surtout le reste à vivre qui correspond à la somme disponible chaque mois après le règlement de toutes les charges. À titre d’exemple, un célibataire sans enfant gagne 10 000 euros. Même si son taux d’endettement atteint 45 %, il bénéficiera encore de 5500 euros tous les mois pour vivre. La banque ne craindra pas de lui accorder un prêt.

Un taux d’endettement élevé : comment faire pour que ça passe ?

Quand on parle de taux d’endettement, il existe une multitude d’idées reçues. Déjà, il faut savoir que ce taux d’endettement ne régit pas tout dans l’accès à un crédit. Prenons le cas d’un couple doté d’une forte capacité d’épargne, mais d’un taux d’endettement qui dépasse les 33 % requis. Au moment de demander un crédit, il est en mesure d’offrir un apport personnel de 30 %. Cette importante contribution financière leur sera favorable, car même s’il doit payer des mensualités importantes, le fait que ce couple a une capacité d’épargne élevée va rassurer la banque.

Idem pour les personnes à revenus très élevés. Prenons un couple touchant chaque mois 20 000 euros qui veut acquérir sa résidence principale. Même s’il affiche un taux d’endettement de 45 %, il continue à bénéficier d’un reste à vivre de 11 000 euros. L’organisme financier acceptera sans broncher d’accorder un crédit dans ces conditions, même si le taux d’endettement est important.

Un taux d’endettement faible, mais dossier refusé

Et même quand le taux d’endettement est en dessous de 33 %, tout n’est pas encore gagné. C’est le cas des emprunteurs qui font l’objet de retenues de salaires ou qui ont des dettes à rembourser. Les banques ne prendront jamais le risque d’accorder un prêt à ce genre de profil.

Il en est de même pour les personnes qui n’ont pas de capacité d’épargne et qui habitent pourtant gratuitement chez des gens. Les banques estiment qu’elles ont un train de vie qui démontre qu’elles ne peuvent pas honorer les mensualités. Et pour cause, elles ne paient pas de loyer alors qu’elles n’arrivent pas à mettre de l’argent de côté. Difficile d’accorder sa confiance à un tel profil.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Commenter ce dossier

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : FHLYzt

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Dossiers similaires